Accédez au site du 205 GTI Club de France

Forum du 205 GTI Club de France

Le forum des passionnés de la bombinette Sochalienne d'origine
Nous sommes le Mar 17 Juil 2018 06:14

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1227 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75 ... 82  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Jeu 7 Juin 2018 10:40 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 26 Sep 2006 22:03
Messages: 1047
Localisation: Katowice (PL), Elbeuf (76)
Lebubu a écrit:
Excellent, tes images montent qu'avec une base des plus minimaliste, on peut accoucher d'un véritable monstre! :pouce:


:non: :non: je ne fait qu utiliser tes superbes images :pouce:

_________________
un pour un tous bourrin
Ma 1.9 AM88 en restau ---> ICI
30 ans de la GTI a Katowice (PL) --> ICI


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 10:51 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
Tu es un amour Magnum! :jap:

A Montlhery...

"Volkswagen Derby CLS."

Image

Image

Image

"La Polo version "antihéros"."

Le succès mondial de la Coccinelle va avoir un effet pervers chez Volkswagen, elle va "obliger" la marque à une monoculture délicate où la clientèle ne semblait guère ouverte à de nouveau modèles. Mais le milieu des années 70 va sonner comme un séisme du côté de Wolfsburg, l'arrivée de la Golf va entièrement distribuer les cartes. La compacte dessinée par Giugiaro va enfin attirer le feu des projecteur sur elle et mettre un coup de collier à une marque qui semblait vouer au tout à l'arrière. Juste avant était sortie le coupé Scirocco qui sera l'élément déclencheur et le début d'une nouvelle ère qui sonnera l'explosion d'une marque en passe de devenir l'une des plus puissante au monde.
Rassuré, Volkswagen doit maintenant offrir à sa clientèle une citadine, ce créneau est en train d'exploser en Europe à une époque où de plus en plus de foyers possèdent une seconde voiture. Faute de temps, Volkswagen va donc faire simple et rester pragmatique, au sein de l'entité VAG, on possède déjà cette petite auto, elle est badgée Audi, c'est la 50. Inutile de dépenser des fortunes et de perdre des années, Volkswagen va simplement apposer son nom et son logo sur l'Audi des villes et va la baptiser Polo, elle est commercialisée en 1975, soit une année après l'Audi 50.
La Polo conserve tout de l'Audi et à aucun moment n'essaye d'embrouiller à coup d'artifices la clientèle. Cette version se veux moins chère mais aussi plus rudimentaire. Son dessin reste donc sobre, une voiture bicorps à hayon uniquement disponible en 3 portes. C'est étonnant car si elle n'a aucun rapport avec la Golf (oui, c'est une Audi à l'origine), elle semble pourtant en être une sorte de réduction. Lignes rigides et formes géométriques, phares ronds, simple lame de pare-choc bordée de caoutchouc, lunette arrière légèrement en retrait de l'embouti de hayon, les similitudes sont finalement frappantes. Allez, il y a bien un petit "secret, c'est Gandini qui est l'auteur du dessin, comme Giugiaro qui a tracé la Golf, il travaille également pour le studio Bertone.
La Polo mesure 3.51 mètres et se montre très habitable, son coffre est bien proportionné et l'idée du hayon, si elle n'est pas une nouveauté, reste un véritable atout. L'habitacle est simple et déjà à l'Allemande, c'est simple, rationnel mais pas très joyeux.
La Polo est une traction avant, elle dispose de trois blocs quatre cylindres 0.9, 1.2 et 1.3 litres allant de 40 à 60 chevaux. Sur route, elle est une excellente rivale des meilleures citadines du moment et va rencontrer un véritable succès.
En 1977, une version tricorps est conçue, ce modèle ne sera jamais produit chez Audi. Pourtant, la marque aux quatre anneaux était tenté d'en extraire une Audi 60, elle ne verra jamais le jour, qui s'en plaindra? Cette Polo à coffre prends le nom de Derby. Son dessin n'est pas des plus heureux mais ce type de carrosserie est très prisé dans les pays du sud et même en Allemagne.
La partie avant est entièrement conservée, même les portes et les vitres de custode. En revanche derrière tout change, la lunette est nouvelle et surtout sa malle montée comme un sac à dos la fait s'étirer en longueur. Elle mesure maintenant 3.86 mètres de long et n'a pas franchement l'allure d'un élégant coupé Transalpin. Mais évidemment c'est le coffre qui bénéficie de cet allongement, la voiture peut embarquer une grade quantité de bagages mais y perds la modularité de l'astucieux hayon. Les mécaniques sont les mêmes que sur la trois portes mais la Derby pèse un peu plus lourd.
Comme la Polo, elle est restylé en 1979, elle adopte une version "Formel E" à vocation économique qui sera la première voiture de série au monde à adopter une "Start& Stop"! Remise au goût du jour, la version relookée fait disparaître ses chromes et épaissi ses traits pour suivre la mode des années 80.
En 1984, une nouvelle génération voit le jour et si la Polo tricorps est de nouveau proposée, elle se nomme désormais "Polo Classic".
On en a tous croisé un jour...et on les a oublié ces Derby. Il faut dire que ce dessin ne restera pas gravé dans la mémoire collective mais il faut saluer les "doux dingues" qui sauvent ces causes perdues. Ce modèle de seconde génération n'aura pas eu l'honneur des flash des visiteurs mais il méritait un petit article à la gloire de ces voitures en fond de cale. La version CLS est équipée du bloc 1093 Cc de 50 chevaux. Entièrement d'origine avec sa sellerie typique, ses jantes en tôle, ses phares jaunes et même son auto-radio d'époque, je trouvais qu'elle méritait toute sa place dans cette rubrique...bah oui, j'aime beaucoup ces "antihéros" oubliés de la galaxie automobile.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Dernière édition par Lebubu le Ven 8 Juin 2018 19:36, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 18:27 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 10 Nov 2012 22:36
Messages: 5257
:hello: :heu3: VW, physique ingrat, mécanique basique...c'est vrai que l'entrée dans le monde de la voiture de collection ne doit pas être facile pour cette Polo :desol: ......mais Lebubu défenseur des causes perdues veille!!
On attend la réhabilitation des Lada 2103,2105,2017, ou, pour prouver mon ouverture, des Axel.... :D oui la gamme Axel était double :D :lol4: ;)

_________________
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 19:34 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Jeu 7 Aoû 2008 19:54
Messages: 694
Localisation: REGION 34
:hello:

:lol4: :lol4: :lol4: :lol4: LAMENTABLE :lol4: :lol4: double axel :lol4: :lol4:

:koi1: combien qui n'en reste sur la route de ces axels :pamoi: :pamoi:

_________________
BRUNO34
viewtopic.php?f=43&t=24685
20CD62 AM90 ROUGE


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 19:37 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
baby-boomer a écrit:
:hello: :heu3: VW, physique ingrat, mécanique basique...c'est vrai que l'entrée dans le monde de la voiture de collection ne doit pas être facile pour cette Polo :desol: ......mais Lebubu défenseur des causes perdues veille!!
On attend la réhabilitation des Lada 2103,2105,2017, ou, pour prouver mon ouverture, des Axel.... :D oui la gamme Axel était double :D :lol4: ;)

Rigole pas, je ne suis jamais tombé sur une Axel "concours"! Et pourtant, j'aimerais bien faire un petit "papier" sur ces modèles oubliés!

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 19:39 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
BRUNO34 a écrit:
:hello:

:lol4: :lol4: :lol4: :lol4: LAMENTABLE :lol4: :lol4: double axel :lol4: :lol4:

:koi1: combien qui n'en reste sur la route de ces axels :pamoi: :pamoi:

Bah pas des masses je suppose... :heu3:
Je me souviens de la version "TRS" avec jantes alliage et vitres électrique, la classe! :D
Régalez-vous, 15 minutes de bonheur! :D

https://www.youtube.com/watch?v=t3YITVwokP4

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Ven 8 Juin 2018 23:34 
Hors ligne
Forumeur

Inscription: Ven 26 Juin 2009 20:31
Messages: 189
Localisation: Béarn-Sud-Ouest-France
Lebubu a écrit:
Michel64 a écrit:
Elle a reçu une rafale dans la vitre conducteur?

Je me pose la même question... :heu:


Image

Je ressort ce vieil échange. A propos de la Mercedes 770 d'Hitler au musée Henri Malartre, je viens d'avoir l'explication dans une émission télé, de la bouche de la directrice du musée. Ce sont des militaires de la deuxième DB qui ont mis la main sur cette voiture, et qui ont voulu tester le blindage en vidant un chargeur.

Elle a aussi donné une explication sur les traits rouges sur les phares à hauteur du pare-brise. C'était un code qui permettait d'identifier le véhicule aux points de contrôles sans l'arrêter, mais je n'ai pas compris comment ça fonctionnait.

_________________
Peugeot 205 GTI Griffe
Renault Laguna I V6 24V


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 9 Juin 2018 00:02 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 10 Nov 2012 22:36
Messages: 5257
:hello: :pouce: Merci, on voit qu'il y en a qui suivent ici :jap: ;)

_________________
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 9 Juin 2018 00:04 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 10 Nov 2012 22:36
Messages: 5257
BRUNO34 a écrit:
:hello:

:lol4: :lol4: :lol4: :lol4: LAMENTABLE :lol4: :lol4: double axel :lol4: :lol4:

:D On fait ce qu'on peut :angel: mais je vois qu'il y en a qui suivent là aussi :angel: ;)

_________________
C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous.....


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 9 Juin 2018 10:37 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
baby-boomer a écrit:
:hello: :pouce: Merci, on voit qu'il y en a qui suivent ici :jap: ;)

Ah oui, merci Michel pour ces explications historiques! :pouce:

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Sam 9 Juin 2018 10:37 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
A Retromobile...

"Delahaye 135 Coach Vanvooren."

Image

Image

"L'ultime réalisation du maître."

Modèle à grand succès et sans aucun doute le plus emblématique de chez Delahaye, la "135" qui a été produit entre 1935 et 1952, elle était disponible sous plusieurs formes de carrosseries dites "usine" mais également en châssis nu à faire habiller par les plus grands "artistes" de la carrosserie Française. En revanche elle utilisait toujours le même moteur six cylindres en ligne dont la puissance variait de 95 à 130 chevaux. Cette base dynamique et particulièrement réussie fera beaucoup pour l'image de Delahaye qui réalisera l'un de ses meilleurs modèles et s'illustrera aussi en compétition brillamment.
La "135" c'est d'abord un ensemble châssis/mécanique que chaque client choisit d'habiller là où il le désire par le carrossier de son choix. Cet ensemble très dynamique constitué d'un excellent châssis accouplé à un excellent bloc six cylindres en ligne donnera naissance à de nombreuses variantes dites "Sport", "Coupe des Alpes", "Normal", "Compétition", "Spéciale" aux différences mécaniques et réglages spécifiques à chacune d'entre elles. Quand aux carrosseries, elles seront presque aussi nombreuses que le nombre de 135 sorties entre 1935 et 1952, c'est à dire 2592 modèles. La Delahaye 135 c'est une image retentissante à travers le monde. Les Américains mettaient cette voiture au même niveau que d'autres marques prestigieuses, surtout quand elles étaient revêtues de carrosseries flamboyantes et parfois extravagantes, des modèles qui remportent encore aujourd'hui de prestigieux prix dans les plus sélectifs concours d'élégance comme Peeble Beach en Californie.
Ce modèle a été fabriqué en 1950 par les ateliers Vanvooren situés à Paris rue Marbeuf et qui à ouvert ses portes en 1888. La carrosserie aura connue ses heures de gloire dans les années 1920/30 en réalisant des modèles de toute beauté sur des châssis hautement prestigieux. Les affaires se portaient bien mais la seconde guerre mondiale mettra rapidement un terme à cette ascension. Tous les voyants sont au rouge à la paix conclue. La clientèle Européenne à disparue, l'outil a été sabordé et les nouvelles automobiles qui débarquent vers 1947/48 sont des structures monocoque qui tendent à venir à la ligne "ponton". La plupart des carrossiers indépendants fermeront leur portes et Vanvooren le fera en 1950 après avoir œuvré sur environ 2500 modèles. Cette Delahaye 135 en sera le dernier modèle fabriqué par ce maître de la tôle. Elle reprends le dessin d'un autre modèle fabriqué en 1949, d'ailleurs cette voiture coule toujours des jours heureux dans le sud de la France.
C'est "Patriarche-Kriter" situé à Beaune qui en fait la commande, mais si, la fameuse firme viticole! La 135 reçoit donc cette carrosserie sculptée par le vent et qui frise le sans faute. La ligne semi-ponton hésite encore, si les ailes sont intégrées, elles sont encore fortement ouvragées et bien visibles, d'ailleurs elles sont un prétexte pour suggérer la vitesse car la carrosserie semble étirée par le vent. L'avant est immense, capot ultra long et ailes interminables aux galbes judicieusement sculptés et percés de délicates évacuations d'air sur les flancs. Elles s'achèvent sur les portières pour laisser le relais au relief des ailes arrières débordantes et très arrondies, comme si elles augmentaient visuellement la taille des roues. Ce subterfuge, on le retrouve actuellement sur certaines voitures comme la Mini par exemple où les extensions d'ailes en plastique noir donnent cette illusion que la voiture à des roues immenses. Toutefois, je mettrais un bémol sur ce dessin, les roues arrières me semblent trop placées vers l'avant et déséquilibrent à mon sens la ligne. Mais quelle classe folle, je doit avouer qu'avec un logo Bentley sur la calandre, elle ne choquerait personne tant elle est onctueusement dessinée. Et puis cette ligne de toit plongeante avec sa lunette inclinée, on pourrait même presque évoquer une ligne "fastback", prodigieux.
A bord le soin apporté aux finition est à la hauteur du chèque signé par le client. Du cuir de superbe facture habile la sellerie, des boiseries de grande qualité cachent les parties de carrosserie visibles et une moquette épaisse offre du moelleux aux passagers mais sert aussi à faire baisser le niveau sonore. La planche de bord est symétrique, à cette époque il est encore très en vogue de rouler avec le volant à droite, c'est très chic et snob! Du coup, on trouve un grand compteur de part et d'autre avec tachymètre et compte tours, une grille de haut parleur eu centre avec la radio en dessous et une boite à gant de chaque côté. Face au passager, elle s'offre une élégante pendule, devant le conducteur et derrière le volant, le panneau sert à loger les divers cadrans de contrôle de la mécanique. La boite de vitesse électromagnétique "Cotal" est elle fixée sur la colonne de direction, c'est à l'époque un équipement onéreux mais novateur, agréable et qui facilite la conduite. Sa forme si particulière lui donne même le petit nom de "moutardier". Enfin un toit ouvrant a été lui aussi monté sur commande.
Cette voiture sera rachetée bien des années plus tard par le célèbre pilote Français Bernard Consten. Elle sera repeinte en bleu et le toit ouvrant sera remplacé par un élément transparent. Puis elle ira de collection en collection avant de partir dans une restauration de qualité entre 2014 et 2016 à Berlin. De là, "notre" Delahaye retrouvera sa teinte gris irisé d'origine avec à la clé une facture de 175.000€ pour cette superbe remise en état. Preuve de la qualité des travaux, elle aura l'honneur de fouler en 2016 les pelouses de Peeble Beach.
Estimée entre 250.000 et 350.000€, elle se vendra finalement 286.080€.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Dim 10 Juin 2018 09:50 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
A Montlhery...

"Pontiac Trans Am 400."

Image

Image

"L'âme en transe."

Le géant Ford a frappé un grand coup avec sa Mustang, la "Pony car" à la recette miraculeuse connaît un succès considérable et fait tourner à plein régime les usines du groupe à l'ovale bleu. La concurrence prise de cours va devoir rapidement répondre à une attente de la clientèle semblant devenue friande de coupés à fort caractère et bon marché.
C'est ainsi que déboule en 1967 la Pontiac Firebird mais aussi la Chevrolet Camaro qui utilisent la même base et possèdent en commun de nombreuses pièces. Les deux modèles auront une belle carrière et vivront pendant des décennies sous de multiples générations, la Firebird cessant d'être produite en 2002.
Des Firebird, il y en a eu des tas de versions et de modèles différents, chaque millésime étant l'occasion d'un dépoussiérage. La Trans-Am arrive en 1969, c'est une version musclée de la Firebird avec l'option "400" et le "Trans-Am Package".
entre 1970 et 1981, la Firebird passe à la seconde génération. Entièrement refondue, cette "muscle car" affiche un look bien plus agressif, long capot "naseaux" élargis, optiques simples, poupe fastback, elle ne manque pas d'allure et délaisse la version cabriolet pour ce centrer uniquement sur le coupé. On y trouve des moteurs six cylindres en ligne et V8 allant de 135...à 335 chevaux! Quatre déclinaisons sur le même modèle, la Firebird, l'Esprit, la Formula 400 et a Trans-Am. Si côté look elles conservent la même base, les puissances et finitions sont toutes différentes, pour vous donner une idée, la Firebird de base état facturée 2875$ tandis que la Trans-Am en valait 4305$! Le prix de 200 chevaux supplémentaires et une présentation plus sportive et valorisante.
Les ventes s'essoufflent en 1972, ces voitures gourmandes sont victimes de la crise et en 1973 on songe à les retirer du catalogue, les assureurs ne veulent plus de ces modèles trop puissants.
Les normes de pollution castratrices et la mise en garde des assureurs auront raison de ces "muscle cars", dès 1972 les puissances ne vont cesser de baisser, en 1975 la Trans-Am qui sortait jadis 335 chevaux n'en affiche plus que 185!
Mais la clientèle lui reste fidèle, elles ont de la gueule ces bagnoles et font un bruit d'enfer, même bridées. Si la baisse des ventes est sévère en 1972, elle repart ensuite à la hausse. En 1973, le "Screamin Eagle" arrive sur le capot, cet aigle doré géant sera la marque de la Trans-Am! Madame Bubu le trouve vulgaire, moi je le trouve indispensable sur cette décoration kitsch à l'américaine. L'avant s'incline en 1974, ce qui la modernise et en 1975 l'arrière voit sa lunette élargie, discrètement la Firebird évolue.
C'est en 1977 qu'un coup de crayon est opéré sur la face avant de la gamme, la calandre forme comme un bec d'aigle acéré tandis que les optiques sont constitués d'un ensemble de 4 phares rectangulaires. De face, elle est méconnaissable mais elle suit l'air du temps. En bonus, la Trans-Am à droit à un toit targa amovible en deux parties.
C'est cette voiture qui sera choisie pour le film "Smokey and the bandit", en Français "Cours après moi Sherif". Peinte en noir avec son aigle doré sur le capot et ses décorations couleur or sur la carrosserie, elle fera rêver bon nombre de clients qui se prendront pour Burt Reynolds avec son célèbre "Stetson" sur la tête et va relancer les ventes grâce à ce judicieux placement produit. Elle restera comme une année record pour les ventes.
Côté moteurs, on laisse le six cylindres en ligne au placard pour y installer un V6. Fort de...105 chevaux, il est monté sur la Firebird et l'Esprit. La Trans-Am conserve son V8 de 200 chevaux.
En 1979, l'avant est un peu retouché. Les phares sont bien dissociés et les grilles d'entrées d'air se font sous le bouclier. Il était au départ prévu qu'il soient escamotables mais cette transformation était bien trop coûteuse pour sa fin de carrière.
En 1980 les prix explosent, plus 20%! C'est cette année que la nouvelle version Turbo 4.9 litres à 4 carburateurs, elle offre 210 chevaux. Seul la Formula et la Trans-Am peuvent en être équipées. On remarquera un capot spécifique avec un bossage asymétrique côté conducteur uniquement. L'aigle doré, le "Screaming Eagle" est lui aussi redessiné à cette occasion. Autre détail irrésistible, un voyant "Turbo charge" logé dans le bossage et placé face au pilote affiche 3 lumières en fonction des accélérations "Normal", "Medium" et "High", trop fort! Comme tout bloc suralimenté, il était plus fragile aussi, peu d'utilisateurs songeaient à laisser tourner la mécanique avant de couper le contact. Toutefois, cette version est l'une des plus excitante, elle abat le 0 à 100 en 6.8 secondes et peut atteindre le 200 Km/h.
Réintroduite en 1981 sans grands changements si ce n'est 5 chevaux de moins, la Turbo signera la fin de vie de cette seconde génération de Firebird. En 1982, une toute nouvelle débarque, elle entrera das la légende non pas par ses performances mais par son rôle principal dans la série K2000.
Parmi la jungle des modèles et la variété presque infinie, pas simple pour l'amateur de s'y retrouver au premier regard. Ici, nous sommes avec un modèle de 1975, première année avec la lunette arrière panoramique. Celle-ci est la version équipée du V8 400Ci à carburateur quadruple corps de 185 chevaux. Pour une fois, c'est un très beau modèle qui était exposé et dont je salue le propriétaire d'avoir osé respecter sa configuration d'origine sans sombrer comme trop souvent dans une débauche d'accessoires bodybuildé qui en font trop souvent une voiture vulgaire. Un exemplaire magnifique comme il est hélas trop rare d'en croiser en France.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 11 Juin 2018 05:28 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
A Retromobile...

"Bentley "4 1/4" L Coupé Vanvooren."

Image

Image

"Ce que femme veux..."

Walter Owen Bentley fonde sa société en 1919 avec l'ambition de proposer des modèles au dessus du lot. Mais nombreuses sont les marques automobiles à avoir cette prétention et c'est avec de solides arguments et des voitures hors du commun qu'il faut prouver ses capacités...de l'argent aussi. Le patron va pourtant réussir à tenir ses engagements et pour le prouver mettra sur la piste du Mans des voitures exceptionnelles qui remporteront un nombre retentissant de victoires, 1924, 1927, 1928, 1929 et 1930, rien que ça! En parallèle, Bentley propose des voitures incroyables équipées de mécaniques foudroyantes pouvant en plus s'offrir l'apport d'un compresseur. Ces modèles de course homologués pour la route signeront les plus belles heures de la marque qui en quelques années est devenue l'ne des plus prestigieuse au monde. Sorte d'antithèse des Bugatti, elles pouvaient pourtant les affronter sans aucune peur malgré une masse bien supérieure et des cylindrées pachydermiques.
Mais la crise de 1929 aura des conséquences désastreuses, Bentley voit ses ventes s'effondrer et si la marque n'est pas reprise, elle devra fermer à jamais ses portes. Rolls Royce en devient l'acquéreur, Walter Owen Bentley n'y croit plus et quitte l'entreprise qu'il à fondé pour travailler chez Lagonda, une autre marque automobile Britannique de haute renommée.
La cohabitation est bien compliquée au départ, les Bentley sont reléguées à une sorte de gamme intermédiaire reprenant la plupart des éléments de chez Rolls Royce. Le premier modèle issu de cette fusion est la "4 1/2", c'est en quelque sorte une Rolls Royce 20/25 rebadgée et dotée d'une calandre spécifique, pas franchement excitant mais au départ, cela permet de continuer à faire vivre cette marque qui était une rivale tenace. seule différence notable, sa puissance plus élevée histoire de perpétuer l'image sportive de Bentley.
En 1936, la nouvelle Rolls Royce 25/30 est dévoilée, c'est celle qui va servir de base à la nouvelle Bentley, la "4 1/4". elle dispose d'un six cylindres en ligne 4257 Cc affichant 125 chevaux. Produite jusqu'au déclenchement de la seconde guerre mondiale, elle sera un grand succès avec plus de 1200 châssis fabriqués dans l'usine de Derby.
Ces soubassements serviront pour la plupart de base et seront envoyés chez divers carrossiers. Les plus connus sont Mulliner, James Young et Vanden Plas. Evidemment, chaque client était libre de la faire carrosser où il le souhaitait et c'est Vanvooren, un prestigieux artisan Parisien qui va s’occuper de ce modèle de 1937 commandée par Lucie Vogt à Paris. Il s'agissait de la petite fille du fondateur des "potasses d'Alsace", elle avait de l'argent et vouait une passion pour l'automobile...les belles. Cette Bentley a donc été commander pour succéder à sa Bugatti 57 S Atalante dont Lucie Vogt se plaignait de récurent problèmes mécaniques. C'est sa seconde commande auprès de Vanvooren, elle désire que sa Bentley possèdes un toit ouvrant et soit dépourvue de vitres de custodes afin que son chien ne soit pas effrayé par la circulation en ville (!), ce que femme veux...est un désir, du moment qu'elle paye.
La voiture est enfin livrée en février 1938 à son domicile dans le 16ème arrondissement de la capitale. Lucie Vogt n'aura hélas pas beaucoup le loisir de s'en servir, la guerre l'obligera à la cacher pour ne pas qu'elle soit saisie par les Allemands.
Vanvooren à eu une fois de plus la main heureuse et signe une auto à la ligne délicieuse et d'un grâce absolue. Elle conserve la magnifique calandre spécifique des Bentley encadrée par de superbes phares obus généreusement ornés de chrome. Pas de coup de folie avec les ailes bien séparées, elles ne débordent pas sur les portières et on ne trouve pas de marchepied, sans doute pour affirmer son côté sportif. Lucie Vogt à eu une bonne idée de masquer la custode par un élément "plein" de carrosserie, ce grand pavillon allonge visuellement la voiture qui s'offre à l'arrière une jolie malle intégrée sur laquelle est fixée la roue de secours.
L'habitacle est habillée de cuir bleu dont la patine atteste de son authenticité. La massive planche de bord est un bloc de bois verni dans lequel est logé les instruments et les commandes pour prendre en main cette voiture de grand prestige. Si les custodes borgnes cloisonnent l'habitacle, le toit ouvrant permet de faire entrer les rayons du soleil par beau temps et de profiter d'une brise bienvenue en été.
En 1945, elle décide de la revendre et la Bentley part en Suisse puis aux Etats-Unis en 1957, dans le Massachusetts. elle y restera très longtemps, y sera restaurée et ira même s'exposer au sein de la prestigieuse collection Blackhawk.
Restée dans une prestigieuse collection, cette Bentley signée de l'un des plus prestigieux nom de la carrosserie Parisienne était estimée entre 275.000 et 350.000€, elle sera adjugée 278.400€.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 11 Juin 2018 14:31 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mar 26 Sep 2006 22:03
Messages: 1047
Localisation: Katowice (PL), Elbeuf (76)
Je ne savais pas ou mettre ca et j'allais pas creer un topic la dessus.

J'ai eu la chance de faire une session en passager et une en pilote d'une replique de caterham lors des 18eme recontre de Rouen les essarts ce week end.

C'est un kit assemble a la main "GBS zero" de memoire avec 2.0 16s ford

Image

Image

J'ai aussi pris les commande de la ducat MH replica derriere mais c'est une autre histoire

_________________
un pour un tous bourrin
Ma 1.9 AM88 en restau ---> ICI
30 ans de la GTI a Katowice (PL) --> ICI


Haut
 Profil  
 
MessagePosté: Lun 11 Juin 2018 16:05 
Hors ligne
Forumeur
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 16 Jan 2010 12:09
Messages: 12849
Oh punaise, la chance!!! :love: J'adore ces engins, voilà vraiment le genre de jouet que j'adorerais m'offrir un jour. :pouce:
Alors, tes sensations??

_________________
Numéro 535!


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1227 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 69, 70, 71, 72, 73, 74, 75 ... 82  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com